Traumatismes et stress post-traumatiques, comment en sortir ?

Traumatismes et stress post-traumatiques, comment en sortir ?

Un traumatisme psychologique laisse une empreinte profonde sur la vie de l’individu qui en souffre. Les conséquences d’expériences traumatiques peuvent se manifester sous diverses formes. Elles engendrent des perturbations psychologiques et comportementales qui persistent bien au-delà de l’événement initial. Chaque traumatisme est unique, avec son lot d’émotions complexes et de réponses physiologiques spécifiques, ce qui rend le processus de guérison tout aussi singulier.

Pourtant, la guérison est possible. Tout en étant variable d’une personne à l’autre, le parcours de guérison offre la possibilité de reprendre le contrôle de sa vie. Il est ainsi envisageable de transcender les blessures du passé et de construire un avenir empreint de résilience et de renouveau.

Traumatismes et stress post-traumatiques, comment en sortir ?

1/ Comprendre les mécanismes d'un traumatisme

Lorsque l’on vit un événement qui met en péril notre intégrité physique (danger de mort, violence) ou psychique (peur, humiliation, injustice,…), notre cerveau met en place un mécanisme exceptionnel de défense. Il nous préserve ainsi d’une réaction émotionnelle dévastatrice. Pour faire simple, les informations liées à cet événement sont court-circuitées, au lieu d’être traitées et intégrées. Elles restent en transit dans la partie émotionnelle de notre cerveau, c’est-à-dire dans l’amygdale. 

Cette 1ère phase de stress aigu est temporaire. Mais parfois, une 2ème phase est possible lorsque le stress devient chronique. On parle alors de stress post-traumatique.

D’autres mécanismes de protection que peut mettre en place le cerveau, sont l’amnésie totale ou partielle de l’événement ou bien encore des troubles dissociatifs. Dans ce cas, la personne peut avoir l’impression d’être déconnectée de son corps, de ses émotions ou avoir le sentiment que le monde autour est irréel.

=> Pour en savoir plus, consulter l’article de l’INSERM sur le sujet

2/ Les différents types de traumatismes

Il existe différents types de traumatismes : 

  • Un traumatisme déclenché par un événement unique particulièrement violent comme un accident, une agression, la mort inattendue d’un proche, un attentat, une catastrophe naturelle.
  • Un traumatisme complexe lié à la répétition de situations répétées comme la maltraitance ou le harcèlement.
  • Les deuils traumatiques que peuvent connaître les personnes qui avaient une relation fusionnelle avec le défunt.
  • Les traumatismes transgénérationnels. L’histoire de certaines familles est tellement lourde et tragique, que les traumatismes se transmettent de génération en génération, de façon inconsciente tant qu’ils ne sont pas traités.

3/ Les répercussions psychologiques et comportementales d’un traumatisme

Si les symptômes d’un stress traumatique persistent au-delà d’un mois, on parle alors de stress post-traumatique. Une fois installé, cet état peut devenir chronique, engendrant une véritable souffrance psychologique qui influence le comportement quotidien. En l’absence d’une prise en charge adéquate, le stress post-traumatique exerce un impact délétère sur la santé mentale, physique et émotionnelle de l’individu. Il nuira aussi à l’équilibre familial, professionnel, scolaire, … Les répercussions sur la vie quotidienne et l’état de santé sont ainsi multiples : 

  • La fatigue et le manque de motivation pour mener à bien les tâches du quotidien.
  • La dépression, l’anxiété.
  • Des idées suicidaires
  • Des réactions émotionnelles violentes.
  • Des troubles du sommeil (cauchemars, insomnies).
  • Des troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie).
  • La souffrance est parfois si importante que des addictions à des substances comme l’alcool ou les drogues peuvent apparaître.
  • Le stress chronique.
  • Des attaques de panique.
  • La reviviscence de l’événement traumatique au moindre stimulus ou des flash backs incontrôlés et intempestifs.
  • De l’hypervigilance et un comportement d’évitement des situations sensibles.
  • La vie sociale et les relations personnelles peuvent être affectées.
  • Des difficultés de concentration et de mémorisation.

4/ Guérir d’un traumatisme

Chaque individu réagit différemment aux traumatismes. La gravité de l’impact dépend de nombreux facteurs comme le soutien social et familial, les ressources disponibles, et les mécanismes de résilience personnelle. 

Mais il est souvent difficile de sortir seul de sa souffrance psychologique et des schémas comportementaux qui se sont installés, sans un accompagnement psychothérapeutique.

La psychothérapie va permettre de diminuer progressivement les symptômes du traumatisme et de reprendre le contrôle de sa vie.

Les approches thérapeutiques traditionnelles :

Les approches thérapeutiques traditionnelles telles que la psychothérapie cognitivo-comportementale (TCC) et la thérapie psychodynamique ont prouvé leur efficacité dans le traitement des symptômes liés aux traumatismes. Ces méthodes se concentrent souvent sur la verbalisation des expériences traumatisantes, la compréhension des schémas de pensée négatifs, et le développement de nouvelles stratégies pour y faire face.

Ces approches visent à aider les individus à reconstruire leur vie après un traumatisme en les guidant à travers un processus de compréhension, de réflexion, et de transformation personnelle.

La sophro-analyse :

« Tant que vous n’aurez pas rendu l’inconscient conscient, il dirigera votre vie et vous appellerez cela le destin . »

Karl Gustav Yung

La sophro-analyse, fusion de la sophrologie et de la psychanalyse, se présente comme une pratique psychothérapeutique. Son objectif est de révéler des traumatismes et des émotions refoulés dans l’inconscient. Souvent enracinés dans l’enfance, ils constituent l’origine inconsciente de problématiques et de blocages actuels.

En éclairant ces aspects jusque-là dissimulés dans le champ de la conscience, la sophro-analyse exploite la remarquable plasticité de notre cerveau pour retraiter ces souvenirs et ainsi désamorcer leur charge émotionnelle. Par ce processus, nous libérons notre existence de leur emprise et sommes à même d’aborder l’avenir avec une perspective positive.

Au cœur de cette méthode, la sophrologie offre un état de détente propice à l’ouverture de la conscience, facilitant ainsi l’accès à des souvenirs enfouis. Elle contribue également au développement et à la dynamisation des ressources nécessaires lors de cette confrontation avec notre passé (gestion des émotions, maîtrise de la respiration, détente, etc.).

=> Pour en savoir plus sur la sophro-analyse, cliquez ici

La thérapie par les mouvements oculaires (EMDR, IMO) :

La thérapie par mouvements oculaires, notamment l’EMDR et l’IMO, se positionne comme une thérapie brève et extrêmement efficace pour surmonter les états de stress post-traumatiques et les souvenirs douloureux. Ceux-ci étant souvent à l’origine de troubles psychologiques et comportementaux. Il ne s’agit pas d’une psychothérapie conventionnelle, mais plutôt d’une forme de « neuro-thérapie ».

Toutes les thérapies par mouvements oculaires reproduisent en réalité un processus naturel qui s’opère inconsciemment pendant notre sommeil. Sous nos paupières, nos yeux entament des mouvements. Des études ont démontré que le cerveau utilise cette « agitation » oculaire pour traiter et intégrer les expériences de la journée. La thérapie par mouvements oculaires reproduit ce phénomène naturel de traitement de l’information par le cerveau, facilitant ainsi l’intégration ou la « digestion » des informations court-circuitées. Cette méthode vise à désensibiliser les souvenirs traumatiques et à les intégrer de manière plus adaptative.

=> Pour en savoir plus sur la thérapie par les mouvements oculaires, cliquez ici

Prendre soin de soi et se reconnecter à l’instant présent :

En complément de cet accompagnement thérapeutique, il est crucial de cultiver une attention particulière à son bien-être général. Cela passe par une alimentation équilibrée et en quantité suffisante, l’adoption d’habitudes saines propices à un sommeil réparateur, et la volonté de ne pas s’isoler.

Étant donné que les états de stress post-traumatiques engendrent souvent une tension considérable, il est également interessant d’apprendre à réguler ce stress. Par exemple, en pratiquant une activité physique, en adoptant des techniques de respiration, et en pratiquant la relaxation.

Après un traumatisme, l’individu peut éprouver un sentiment de déconnexion, son esprit étant souvent absorbé par le passé. Ainsi, il devient essentiel d’apprendre à se reconnecter à l’instant présent. Cette démarche peut s’incarner à travers des pratiques telles que le yoga, la méditation, ou la sophrologie.

Tout le travail thérapeutique déployé pour favoriser le processus de guérison mobilise les forces et les ressources déjà présentes en chacun. Progressivement, il conduit, non pas à l’oubli du souvenir traumatique, mais à sa cicatrisation et à son acceptation, permettant ainsi de vivre avec et de reprendre le contrôle de sa vie. Le cheminement, bien évidemment, varie d’une personne à l’autre, d’où l’importance d’être bienveillant envers soi-même et de prendre le temps nécessaire pour se reconstruire sans précipitation. On ne guérit pas d’un traumatisme comme on guérit d’une angine ; cela requiert un processus délicat et respectueux des différentes étapes.

Besoin d'aide ?

Céline Calmettes sophrologue Maubec Vaucluse

Céline Calmettes – sophrologue thérapeute

et praticienne en sophro-analyse et thérapie par les mouvements oculaires

Spécialisée dans l’accompagnement des femmes et des enfants

07 50 22 13 18 

Respire la sérénité

Inscris-toi et chaque mois découvre des infos, conseils et ressources bien-être pour alléger ton quotidien et retouver la joie en famille !

Laisser un commentaire